Dong Hai Chuan

Dong-Hai-Chuan-2Dong Hai Chuan est le fondateur du baguazhang. Dong, dont le nom d’origine était Dong Ming Quei, est né dans le village de Zhu Jia Wu dans le district Wen An appartenant à la province du He Bei.

Il avait un corps imposant, de longs bras et de grandes mains, possédait une force hors du commun et une grande habileté dans le combat. Depuis l’enfance, il aimait les arts martiaux et la chasse.

Dès la petite enfance, il était connu dans son village pour son caractère fort et téméraire. Une fois adulte, il commença à voyager d’une extrémité à l’autre de la Chine. Il explora, sans se soucier du danger, de célèbres montagnes et de grandes rivières à la recherche de quelque chose de spécial qui lui permettrait d’apprendre et d’améliorer ses connaissances.

Dans la montagne JiuHua dans la province d’AnHui, il rencontra un moine taoïste qui lui enseigna une technique martiale vraiment époustouflante. Grâce à son intelligence naturelle, au dévouement dans la pratique, à une étude incessante qui dura plusieurs années et aussi à son expérience, Dong assimila les principes clés de cette technique et les améliora encore plus. En utilisant la théorie du xian tian bagua (également appelé ‘fu xi bagua’) et du hou tian bagua (aussi connu sous le nom de ‘wen wang bagua’), il créa un style interne qui est aujourd’hui devenu: le baguazhang.

Pendant le règne de l’empereur XianFeng (1851-1861), Dong Hai Chuan voyagea à Pékin pour rivaliser au plus haut niveau dans les arts martiaux, et, une fois changé son nom, il paya des fonctionnaires afin de pouvoir pénétrer à l’intérieur de la Cité Interdite dans l’espoir de rencontrer des personnes de grande habileté. Malheureusement, à son grand regret, il ne trouva jamais personne capable d’atteindre son niveau. En outre, son entrainement continu dans les arts martiaux le conduit à développer la qualité et l’esprit d’un héros, de sorte que beaucoup, à l’intérieur de la Cité Interdite, commencèrent dès lors à le regarder avec suspicion, et c’est pour cela qu’il fut envoyé travailler auprès de Su Wang Fu, le roi Su.

Une fois, lors de la célébration de l’anniversaire du roi Su, furent organisés une démonstration d’arts martiaux et un tournoi de combat. Dong HaiChuan à l’époque avait le devoir de servir le roi. À la cérémonie on remarqua beaucoup de célébrités avec leurs familles, tant de monde que le lieu du combat en fut encerclé, avec un tel affolement à en obstruer le passage. Ainsi, lorsque le roi demanda qu’on lui amenât son thé, Dong se trouva incapable de le rejoindre.

Agacé par cette situation malheureuse, il passa d’un saut au-dessus de la tête des spectateurs, et arrivé devant le roi, lui offrit tranquillement le thé. Tous restèrent stupéfaits et le roi Su, frappé par une telle habileté, lui ordonna de révéler ses compétences martiales. Dong HaiChuan ne pouvant évidemment pas refuser fit alors une démonstration du style qu’il avait créé, le baguazhang, laissant étonnés tous les experts en arts martiaux.

Le chef de la garde et maître d’arts martiaux du roi, le musulman Sha HuiHui, voulut ensuite le défier devant tout le monde. Il fallut un seul combat pour que Sha perdît autant le défi que ses charges. Le roi nomma immédiatement Dong chef des maîtres d’arts martiaux, en lui octroyant le septième niveau dans les rangs de l’administration de l’État et en le faisant même commandant de la garde du roi. Ce jour-là le monde des arts martiaux fut secoué, et dès lors, on assista à l’arrivée constante de gens de tous les coins pour défier Dong ou se prosterner à ses pieds.